lundi 2 décembre 2013

Interview audio avec The Breeze

Découvrez une autre interview audio de Dido, enregistrée début novembre et diffusée le 25, avec le journaliste Damien St John, pour la station de radio The Breeze.

Rendez-vous sur le site de la station pour l'écouter, et découvrez la retranscription en français en cliquant sur "Lire la suite...", ci-dessous !

Commenter cet article sur le forum ?


Dido : Salut Damien !
Damien St John : Dido, merci beaucoup d'avoir trouvé le temps pour discuter avec nous ce soir.
Dido : Le plaisir est pour moi.
Damien : Votre best of sort aujourd'hui, avec 17 chansons extraites de quatre albums, et une autre chanson, intitulée 'NYC'. Appeler ça votre œuvre ne semble pas assez personnel. Est-ce que c'est comme voir 18 de vos enfants qui ont grandi ?
Dido : [rires] Oui, tous grandi et partis du foyer familial. Pour moi, en fait, c'est un journal intime fou de ces 15 dernières années qui s'étale sur une heure. Comme des montagnes russes émouvantes, et c'est très amusant pour moi de l'écouter, justement.
Damien : Etait-ce facile à rassembler ?
Dido : Oui, en fait j'ai choisi tous les titres qui signifiaient beaucoup pour moi, et des singles. En fait, tout s'est bien passé, il y en a parmi mes préférées qui n'étaient pas sorties en single mais qui signifiaient beaucoup pour moi, et choisir a été très facile. Et puis, j'ai voulu faire un disque de remixes, avec tous mes remixes préférés, et j'ai trouvé ça plus difficile, parce qu'il y en avait tellement, et ça ne pouvait pas tenir sur un disque. Il y en avait tellement que j'adorais, donc j'ai trouvé ça plus dur à faire.
Damien : Je veux entendre des anecdotes concernant quelques uns de vos titres les plus connus dans une seconde. Mais d'abord... Vous avez été nommée aux Grammy et aux Oscars. Lorsqu'on est nommé, est-ce qu'on vous donne quelque chose ? Comme un : "Oh, vous y étiez presque !"...
Dido : On vous donne une médaille.
Damien : Vraiment ?
Dido : On vous donne une médaille... [rires] Je suis quasiment sûre qu'il y a une médaille pour les nominations aux Grammy.
Damien : Vous pensez aux Jeux Olympiques ? C'est pour ça que vous vous embrouillez ?
Dido : C'est peut-être la fois où j'ai gagné aux Jeux Olympiques, oui. Je me suis embrouillée, là. Ou est-ce que je l'ai eue pour les Oscars ? Je ne sais pas. Mais pour les Oscars, on vous donne beaucoup de choses, comme des sweatshirts, des médailles et plusieurs choses.
Damien : Vous avez gagné par deux fois le prix de la meilleure artiste britannique aux Brit Awards. Où est-ce que vous mettez les prix ?
Dido : Je les ai sortis d'un carton, récemment. Avant ça, ils étaient dans un carton. [rires] Je les ai sortis pour m'intimider. [rires]
Damien : Est-ce que c'était pour un épisode de "Through The Key Hole" ou quelque chose du genre ?
Dido : [rires] Non, ce n'était pas pour ça, en fait. Je les ai trouvés, et je me suis dis : "Oh, regardez ça ! Il y a des Brit Awards là-dedans ! Mettons-les sur une étagère."
Damien : Est-ce que votre vie loin de la folie d'être une artiste internationale est tout à fait détendue, basique et normale ?
Dido : Oui. Enfin, c'est ma normalité à moi, je suppose. Je ne sais pas vraiment ce qui est normal. Mais oui, c'est très détendu.
Damien : Pour moi, ça signifie se lever à 10h le matin...
Dido : Non, ce n'est pas aussi détendu, non. J'ai un enfant ! [rires]
Damien : Oui, d'accord.
Dido : Alors, malheureusement, ça n'arrivera plus jamais, je crois.
Damien : Une journée typiquement normale, pour vous, c'est... ?
Dido : Me lever très tôt, réveillée par... mon fils est mon réveil. Je suis toujours si excitée d'aller le voir dans sa chambre, le matin, que ça en est ridicule. Il n'a qu'un peu plus de deux ans, la nouveauté ne s'est pas atténuée. [rires]
Damien : Et quelle est la chose la plus cool qu'il fait, à 2 ans et demi ?
Dido : Oh, il est génial ! Les trucs qu'il dit maintenant sont tellement drôles ! Il nous fait tout le temps mourir de rire ! Il a vraiment un petit sens de l'humour, il sait me faire rire. Mais les trucs qu'il trouve à dire ! On se dit : "D'abord, où est-ce que tu as appris ça ? Et de quoi est-ce que tu parles ?"
Damien : Vous avez vendu plus de 30 millions d'albums dans le monde. Est-ce que vous avez tendance à aimer les choses couteuses ?
Dido : Non. Je ne suis pas très forte pour le shopping. Je n'aime pas le shopping. [rires]
Damien : Une femme qui dit ne pas aimer le shopping !
Dido : Je n'aime vraiment pas le shopping, vraiment. Je ne sais pas. Ca me fait peur. C'est pour ça qu'Internet est très bien, pour faire du shopping. Mais aller physiquement dans un magasin ? Ce n'est pas vraiment mon truc.
Damien : Parlez-moi de quelques uns des plus gros titres de l'album. D'un souvenir précis lorsque vous avez fait une chanson en particulier, ou d'une histoire derrière un titre. Commençons par 'Here With Me'.
Dido : 'Here With Me' est la première chanson que j'ai écrite, c'est en fait la chanson qui m'a permis d'être signée. J'ai beaucoup d'amour pour cette chanson. Je l'ai écrite pendant une période sombre, mon père n'était pas bien, et je me souviens être rentrée chez moi, après une visite à l'hôpital, et m'être sentie un peu furieuse et affolée, et avoir écrit cette chanson.
Damien : Et pour 'Thank You' ?
Dido : J'ai écrit celle-ci dans mon bain, comme ça peut arriver.
Damien : Cette interview devient intéressante.
Dido : [rires] En 5 minutes environ. Je m'en souviens très clairement. Il pleuvait dehors, j'avais un petit morceau de papier trempé, j'ai écrit la chanson, et la voilà !
Damien : Et pour l'une de mes préférées, 'White Flag' ?
Dido : C'était une chanson de rupture. Ca m'a pris une éternité pour écrire les couplets. J'avais le refrain depuis longtemps et j'ai travaillé autour, en me torturant, sans parvenir à trouver les bons couplets. Et un jour, tout s'est mis en place. Si je devais m'en tenir à une seule chanson, ça serait sûrement celle-là. Je l'adore, et j'adore toujours la chanter. C'est toujours un titre très émouvant à chanter.
Damien : Je suppose que le nouveau single, 'NYC', parle de New York City. Parlez-moi un peu de ça.
Dido : C'est une chanson que j'ai écrite récemment, mais elle renvoie à l'époque où j'ai débuté, parce que j'ai débuté aux Etats-Unis. J'y suis allée et je voulais prouver quelque chose à mon frère, donc ça parle de ce genre de moment où on se dit : "Je ne vais pas rentrer chez moi avant d'avoir atteint mon but."
Damien : Je sais que nous n'avons pas pu passer plus de temps ensemble, mais ç'a été absolument extraordinaire.
Dido : Oh, c'est un plaisir.
Damien : Merci beaucoup, et bonne chance avec le nouvel album.
Dido : Merci beaucoup !

Traduction de Dido France. Reproduction interdite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire